Nouvelles

Comprendre l'"effet spectateur" lors d'un attentat

23 mars 2016

«C'est même la norme, de ne pas intervenir», dit la chercheuse en psychologie de l'Université Laval Tamarha Pierce. «Une fois qu'on a remarqué ce qui se passe, il faut identifier l'urgence, mais [quand on n'a pas l'habitude de ce genre de situation], ce qu'on fait, c'est qu'on regarde les gens autour de soi pour déceler de leur comportement "qu'est-ce que je dois penser de cette situation". Mais si tout le monde fait ça, personne n'agit...»

Article du 23 mars paru dans le Soleil