Nouvelles

Ils ont dit

28 janvier 2016

Le Centre de recherche de l'Institut universitaire en santé mentale de Québec est à la recherche de 140 travailleurs de nuit volontaires pour une étude sur le sommeil. Pour Annie Vallières, qui dirige l'équipe de recherche, il existe un enjeu de santé publique à l'intérieur du système de santé. «Cet enjeu est important quand on sait qu'un travailleur de nuit sur deux qui nous soigne a des problèmes de sommeil et que ça a des conséquences sur sa santé physique, mentale et psychologique… Il est important de les aider à demeurer plus alertes et efficaces dans leur travail.»

Annie Vallières, École de psychologie Le Soleil, 21 janvier

Source : Le FIL